samedi 24 juillet 2010

Histoire de la chevalerie.

Au cours du XIe siècle, dans tout l’Occident chrétien, se développe une nouvelle classe sociale, la chevalerie, caste de guerriers au code moral très strict, et se donnant pour mission de protéger les femmes et les faibles, défendre l'Eglise ainsi qu'aimer et honorer sa patrie a ses risques et périls mais ils sont d’abord et avant tout des spécialistes de la guerre.


Il ne faut pas confondre chevalier et soldat, le chevalier ne touche pas de solde. On comprend donc qu’au XIIe siècle, seuls les plus riches peuvent posséder un cheval et tout l’équipement nécessaire (la lance et l’épée, l’écu, le heaume et le haubert). La caste des chevaliers, s’est refermée progressivement, de génération en génération la méritocratie et le droit du sang prévalait alors pour l'acquisition du titre. Ainsi, il existe une justification démocratique de l’aristocratie, les meilleurs et les plus forts ont été choisis par les victimes de l’oppression. La noblesse est donc directement issue du peuple qui, peu capable de se défendre lui-même, confie son sort à des protecteurs.

Les seigneurs se préparent très jeunes au métier des armes. Ils sont tout d’abord pages ensuite valets, puis, écuyers.Vers l’âge de quinze ans, ils sont enfin admis au combat.

C’est par la cérémonie de l’adoubement que l’écuyer devient chevalier.

Le rituel, assez complexe, commence la veille de la cérémonie, le futur chevalier doit prendre un bain, jeûner et passer la nuit en prières. Après la messe et la communion du matin, on remet au jeune homme ses armes défensives et offensives. On le frappe ensuite violemment, soit de la main, soit du plat d’une épée : c’est la colée, qui vise à éprouver le jeune chevalier et à montrer sa force. Il est ensuite invité à prouver son habileté et sa puissance au jeu de la quintaine.

Enfin, le nouveau chevalier doit prêter serment sur la Bible, promettre fidélité à son seigneur et protection aux pauvres, à la suite de quoi on le fête en donnant un grand banquet en son honneur.

2 commentaires:

Eisbär a dit…

Excellent article sur un non moins excellent sujet ! Belle illustration des chevaliers de l'ordre de sainte Marie des teutoniques...

Merci de ce travail !

Bonne continuation au blog.

Anonyme a dit…

il est bien ce blog Ice pick, je regrette de ne pas avoir le temps de tout lire parce qu'on peut vraiment se cultiver un peu plus en profondeur quand on a ds connaissances somme toute superficielles comme moi.
mais alors maintenant avec mon blog en plus, il me faudrait des journées de 8 heures, je ne suis pas comme madame wo, moi je dois dormir la nuit.
En confidence l'histoire de ma famille remonte -en théorie à Saint-Louis puisque l'histoire veut que mon ancêtre annobli no 1 est un bâtard de Saint-Louis, (mon avatar n'est pas sans rapport). Mais je ne le dis plus depuis qu'un jour ayant rapporté l'histoire à une amie très catho tradi elle fût très choquée et me répondit que c'était absolument impossible... que Saint-Louis avait eu une vie exemplaire dont exit les bâtards. :)
Sainte Rita

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.